19 novembre 2019

Un franc succès pour le colloque sur l’offre active des services sociaux et de santé en français dans l’Ouest canadien

Plus de 80 expertes, experts, chercheuses, chercheurs, membres du personnel enseignant du domaine de la santé ainsi que les coordonnatrices et les coordonnateurs du Consortium national de formation en santé (CNFS) étaient réunis, les 13 et 14 novembre derniers, à La Cité universitaire francophone de l’Université de Regina, pour le colloque sur l’offre active des services sociaux et de santé en français.

Cet évènement, riche en discussion et en échange de bonnes pratiques dans le domaine de la santé, a permis une réflexion au sujet de la recherche et de la formation à l’offre active pour sensibiliser les étudiantes et les étudiants à cette notion essentielle pour la sécurité du patient.

Plusieurs sujets ont été abordés, dont :

  • La perspective historique et le bilan des 10 dernières années en recherche et en formation à l’offre active.
  • Les résultats de recherches sur l’importance d’éliminer la barrière linguistique afin d’éviter des évènements indésirables qui pourraient causer des préjudices aux patients.
  • Les diverses méthodes pour intégrer la formation à l’offre active dans les programmes en santé.

Les coordonnatrices et les coordonnateurs du CNFS se sont rencontrés à l’issue de cet évènement afin d’échanger au sujet de projets et de nouvelles collaborations pour une formation à l’offre active renouvelée.

Revoir l’ouverture officielle du colloque à la Rotonde

« Comme nouvel établissement membre du CNFS avec notre premier programme en santé, il était important d’accueillir chez nous ce colloque afin de partir du bon pied et aussi de faire découvrir aux participantes et aux participants la perspective de l’Ouest du Canada sur les enjeux de l’offre active. »
Abdoulaye Yoh, président du comité d’organisation du colloque et coordonnateur CNFS, La Cité universitaire francophone

« Le CNFS est fier d’être l’initiateur, le gardien et le promoteur de l’offre active. Nous avons accumulé assez de preuves au courant des douze dernières années pour pouvoir affirmer avec certitude que l’offre active est le moyen à privilégier pour assurer des services de santé sécuritaires et de qualité aux communautés francophones en situation minoritaire. »
Lynn Brouillette, présidente-directrice générale, Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC)

Revoir le colloque en images sur la page de La Cité universitaire francophone

 

Retour aux nouvelles